Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

1.10.XXIII - Les Paladins de Charlemagne

15 Septembre 2013 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

UUU─UUU─UUU─U
            UUU─

 

Le morne Atlas a ses grands pics voisins des nues,
                        Son noir granit,
Où l'aigle habite et, roi des zones inconnues,
                       
Bâtit son nid.

Pour horizon l'oiseau royal a tout l'espace
                        Éblouissant.
Il suit des yeux le fier lion là-bas qui passe

                        En rugissant.

Le jour, il voit sur l'Océan blanchir les voiles
                        Qu'une ombre suit,
Et dans les cieux cingler les flottes des étoiles

                        Pendant la nuit.

Tandis que l'homme rampe ou suit, ô multitude,
                        Tes noirs chemins,
Lui n'entend rien, dans son austère solitude,

                        Des bruits humains.

Nos vanités et nos orgueils il les dédaigne,
                        Et, roi de l'air,
Voisin des cieux, il se sent libre, il plane et règne

                        Avec l'éclair.

Vous que la gloire a vus gravir les nobles cimes,
                        Ses hauts sommets,
Vous dominez ainsi les temps, guerriers sublimes,

                        À tout jamais.

Sur le rocher de l'épopée et de l'histoire,
                        Conseil béni,
Vous habitez vos larges tentes de victoire

                        Dans l'infini.

Vous regardez passer les siècles et les hommes,
                        Ô fiers géants,
Et vous avez pitié de nous, de nous qui sommes

                        De vains néants.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article