Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

2.1.II - Les grandes funérailles

22 Septembre 2013 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

(D'après une chanson allemande.)

UU─U─UU─UU─U
UU─U─UU─UU─

 

Fossoyeurs, alerte ! à l'ouvrage, à l'ouvrage !
Creusez-moi le champ où sommeillent les morts.

Menuisiers, alerte ! et courage ! courage !
Rabotez vos ais les plus lourds, les plus forts.

Il me faut, amis, une fosse profonde.
Qu'elle soit bien large et bien longue à la fois.
Le cercueil il faut qu'à la fosse il réponde.
N'épargnez, amis, ni les clous ni le bois.

Qu'on apprête ensuite une grande civière.
Qu'on appelle aussi dix géants pour ce soir.
Ils iront porter à l'obscur cimetière
Le cercueil énorme au couvercle tout noir.

Pas de croix d'argent ni de cierges funèbres ;
Ni Dies Iræ qu'on nasille en marchant ;
Ni flambeaux fumeux, compagnons des ténèbres ;
Ni soupirs que l'orgue a toujours dans son chant.

Pas de glas dans l'air, pas de cloche qui sonne ;
Pas un seul pleureur en manteau de grand deuil.
Au convoi muet qu'il ne vienne personne.
Il suffit de moi pour cortège au cercueil.

Car j'y veux coucher tous les deuils de ma vie,
Mes espoirs déçus, tous fanés dans leur fleur,
Et vous tous, ô morts qu'à la tombe j'envie,
Ô soleils éteints dans la nuit de mon cœur.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article