Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

2.1.VI - La Brise du matin

22 Septembre 2013 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

U─UU─UU─UU─U
U─UU─UU─UU─

 

Le vent du matin, qui disperse la brume,
Réveille la vague où frissonne l'écume.
Il dit au navire endormi sur les flots :

« Mettez à la voile, ô joyeux matelots ! »

Son aile traverse la plaine muette
Où l'aube rayonne écoutant l'alouette
« A l'
œuvre ! dit-il. Laboureurs, au travail !
« L'aurore on la voit entr'ouvrir son portail. »

Il dit aux forêts : « Ô palais de feuillées,
« Comment ! on n'est pas avec l'aube éveillées ? »
Et parle aux oiseaux : « Gais chanteurs des buissons,
« Voici le moment d'entonner vos chansons. »

Il dit à la cour de la ferme sonore :
« Ton coq n'est-il plus le clairon de l'aurore ? »
Plus loin il chuchote aux blés verts des sillons :
« Debout ! car le ciel se remplit de rayons ! »

Sa voix aux clochers aiguisés dans la nue
Murmure : « Chantez, puisque l'aube est venue,
« Et faites monter vers le ciel radieux
« Les rhythmes ailés de vos hymnes pieux. »

Des morts endormis dans l'obscur cimetière
Il touche en passant les sépulcres de pierre,
Et dit :
« Pour vous seuls, habitants du tombeau,
« L'aurore n'a pas allumé son flambeau. »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article