Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

2.4.XV - Le vieux chêne

27 Octobre 2013 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

U─UU─UU─UU─
    U─UU─UU─U

 

Au vent du matin le vieux chêne frémit,
        Géant du bois sombre et sonore.
Son vaste feuillage, qui pleure, gémit
       
Aux blanches clartés de l'aurore.

« Vieux arbre, qui fais de ton dôme puissant
        « Un toit aux clairières prochaines,
« Pourquoi cette plainte, sanglot gémissant ?
        « Les pleurs sont-ils faits pour les chênes ? »

« Poëte, cent ans j'ai bravé le destin ;
       
« Mais l'homme est plus fort que ma force,
« Un vieux bûcheron a marqué ce matin

        « D'un signe de mort mon écorce.

« Demain serai-je, ô poëte, dis-moi ?
        « Un lit pour l'enfant qui va naître ?
« Ou bien un cercueil pour toi-même, pour toi ?

        « Je pleure devant ce peut-être. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article