Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

2.4.XIX - Le Chasseur de Solférino

17 Novembre 2013 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

U─UU─UU─UU─U
        UU─UU─U─

 

Hélas ! sur la terre étrangère il repose,
        Sur la terre étrangère il dort.
Ses yeux sont fermés et sa lèvre s'est close,
       
Car le brave est tout froid et mort.

Les chefs à cheval, par le champ de victoire,
        Les voilà tout joyeux qui vont.
Tout chante autour d'eux, l'avenir et l'histoire,

        Quand tu dors ton sommeil profond.

Ils portent mêlés sur leur vert uniforme
        Des rubans, des étoiles d'or ;
Et toi, qui gis là tout muet et difforme,

        Une tache qui saigne encor.

Pour eux la chanson des trompettes résonne,
        Et demain le joyeux beffroi.
Hélas ! et tu dors en silence, et personne,

        Non, personne qui songe à toi.

Ta mère, depuis longtemps on l'a mise
        Dans la nuit du sépulcre obscur.
La mort, dès longtemps, à ta blonde promise

        Vint fermer ses beaux yeux d'azur.

Pourtant il te reste un ami qui pleure,
        Compagnon de ton lit d'acier.
Muet comme toi, de son souffle il t'effleure,

        C'est ton morne et vaillant coursier.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article