Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

2.10.XL. - Le Fourrier de l'hiver

26 Janvier 2014 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

U─UU─UU─UU─
          U─U

 

Silence ! voilà que minuit va sonner.
La cloche nocturne on l'entend frissonner

                            Silence !
                            Silence !
                            Silence !

Voilà que Novembre, sa gaule à la main,
Voilà que Novembre se met en chemin.

                            Silence ! (Ter.)

La bise qui siffle gémit sous les cieux.
Pourtant comme il va souriant et joyeux !

                            Silence ! (Ter.)

Les airs sont remplis de sinistres abois.
Pourtant il traverse les champs et les bois.

                            Silence ! (Ter.)

Enfers, avez-vous déchaîné vos démons ?
Pourtant il traverse la plaine et les monts.

                            Silence ! (Ter.)

Il souffle les feuilles des arbres jaunis,
Et chasse, en passant, les oiseaux de leurs nids.
                            Silence ! (Ter.)

Il brise les fleurs, les dernières. Gazons,
Il fauche vos herbes, vos pâles toisons.

                            Silence ! (Ter.)

La nuit tout entière, sa gaule à la main,
Il va, dévastant toute chose, et demain...

                            Silence ! (Ter.)

Demain vous aurez disparu, feuille et fleurs,
Gazons émaillés de vos vives couleurs.

                            Silence ! (Ter.)

Et vous, ô pinsons, qui chantiez tout le jour,
Demain vos concerts finiront à leur tour.

                            Silence ! (Ter.)

Hélas ! car Novembre est venu, le fourrier
Qui vient à l'hiver préparer son quartier.

                            Silence ! (Ter.)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article