Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

4.1.VIII. - Les Genêts

27 Octobre 2015 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

Lasst euch pflücken, lasst euch pflücken,
Lichte Blümlein, meine Lust !

Uhland.

UU─UU─UU─
UU─UU─UU─U

 

Loin des villes, ces cirques de bruit,
Loin des villes, ces cirques de haines,
Les bruyères ont vu dans leurs plaines,
Vu fleurir le genêt, cette nuit.
Tressons-nous, des fleurs d'or de nos landes,
Mes amis, tressons-nous des guirlandes !

Oh ! les steppes de sables moirés,
Les bruyères paisibles et douces,
Où fleurit, côté à côte des mousses,
Le genêt aux pétales dorés !
Tressons-nous, des fleurs d'or de nos landes,
Mes amis, tressons-nous des guirlandes !

Retirons et nos cœurs et nos pas
Du milieu des discordes civiles
Qui se heurtent partout dans les villes,
Combattant leurs stériles combats.
Tressons-nous, des fleurs d'or de nos landes,
Mes amis, tressons-nous des guirlandes !

Dans les bois pleins d'ombrages épais
Nous avons tant de fleurs printanières,
Et surtout dans les mornes bruyères
Le genêt, cette fleur de la paix.
Tressons-nous, des fleurs d'or de nos landes,
Mes amis, tressons-nous des guirlandes !

 

Juin 1857

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article