Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Poésies oubliées

4.1.XI. - Les Larmes du cheval du reître

2 Avril 2016 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #A. Van Hasselt - Les Études rhythmiques (1876)

U─U─U─UU─U
U─U─U─UU─

 

Je suis le blanc cheval du beau reître.
Le roi disait : «  À moi ce coursier ! »
J'ai dit au roi :
«  J'ai, sire, un bon maître ;
«  C'est l'homme au glaive, au casque d'acier. »

C'était le vrai modèle des braves.
Les chants des peuples citent son nom,
Qu'au livre d'or des siècles tu graves,
Ô Gloire, avec l'éclair du canon.

La guerre était sa vie et ma vie ;
Notre hymne était le son du clairon.
Tu sais, victoire illustre, ô Pavie,
S'il eut jamais besoin d'éperon.

Le sang était sa rouge rosée ;
Son champ était le vaste horizon.
Sa large épée, aux coups exercée,
D'épis vivants faisait sa moisson.

Nous deux n'avions qu'un cœur et qu'une âme.
Sa voix disait :
«  Allons ! » et j'allais,
Les crins flottants aux vents, l'
œil en flamme,
J'allais bravant mitraille et boulets.

Pourtant c'est fait, c'est fait du beau reître.
L'Histoire en pleurs lui coud son linceul.
Pourrai-je, hélas ! survivre à mon maître ?
Le brave est mort. Je souffre et suis seul.

 

Juillet 1861
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article